Le business model : qu’est-ce que c’est ?

Publié le , par La RDE
Catégories :
Le business model : qu'est-ce que c'est ?

Le business plan est un document de référence et indispensable dans la création d’une entreprise. Il permet aux créateurs, à leur entourage et aux futurs investisseurs d’avoir une idée juste du projet. Son principal objectif est de séduire le(s) investisseur(s) potentiel(s), ils pourront décider grâce à ce document, si oui ou non ils vont aller plus loin avec le créateur.  Il existe un élément clé du business plan se nommant Business model. Cet élément est avant toute chose la manière dont un entrepreneur envisage de gagner de l’argent grâce à son futur entreprise.

Business model: de quoi s’agit-il ?

Le business model ou modèle économique  est le cœur d’un business plan. Il s’agit de l’idée originale qui permettra à un entrepreneur de démarquer son entreprise de la concurrence et d’espérer pouvoir gagner de l’argent. Pour l’élaboration du business model, l’entrepreneur doit se poser certaines questions, qui sont les suivantes :

  • Quel produit vendre et pourquoi ? (proposition de valeur)
  • A qui le vendre ? (clients)
  • Avec quelles ressources le vendre ? (partenaires, ressources-clés)
  • Comment le vendre ? (canaux, relation-clients)
  • A combien s’élève le prix du produit? (flux de revenus, structure de coûts)

Objectif du Business model

L’élaboration du  business model permet au créateur d’avoir une vision concrète sur son projet. Il pourra ainsi mieux percevoir sa part de marché, mettre en évidence sa valeur ajoutée, déterminer ses besoins et son offre, etc. Aussi, un business model présente un intérêt pour les partenaires (banques, investisseurs, fournisseurs, etc.), celui-ci leurs permet de se rassurer et de pouvoir se projeter.

Utilité du Business model

Un business model solide met toutes les opportunités du côté des entrepreneurs car :

  • Tout d’abord, il peut s’assurer qu’il y a un marché développable et une position qui peut être occupée, et toutes les opportunités peuvent même être découvertes au cours de l’enquête.
  • Cela aide à la construction de devis de produits et/ou de services et permet ensuite de définir la manière dont l’entreprise doit fournir ses devis aux clients à l’avenir (notamment financière, humaine et matérielle)
  • Il est très utile pour construire la partie financière du business plan et est essentiel pour le destinataire du business plan.

Qu’est-ce que le business model CANVAS ?

Le business model CANVAS est un outil permettant de construire son business model en toute simplicité. Il est représenté sur une seule page sous  forme d’un tableau.

Cette méthode est rapide et synthétique, et peut également permettre à préparer la présentation orale d’un projet.

La méthode la plus connue en termes de business model CANVAS actuellement correspond à celle proposée par Alexander Osterwalder et Yves Pigneur. Cependant, il existe d’autres méthodes.

L’outil proposé ici est développé dans le livre « Business model Nouvelle Génération » des auteurs mentionnés ci-dessus.

Voici les 9 éléments qui composent le business model CANVAS :

  • Les segments clients
  • La proposition de valeur
  • Les partenaires clés
  • Les activités clés
  • Les ressources clés
  • Les canaux
  • La relation client
  • Les flux de revenus
  • La structure de coûts

Nous allons décortiquer les 9 éléments ci-dessous.

  • Les segments clients : c’est le point de survie d’un projet, car sans client une entreprise ne peut générer de bénéfices grâce à ses produits. La distinction de la clientèle est très importante (Clients : bénéficiaires, acheteurs, prescripteurs).
  • La proposition de valeur : présentation de la valeur ajoutée que l’offre peut apporter aux clients, c’est-à-dire qu’est ce qui fait qu’un client va acheter un produit dans une entreprise / service plutôt que celui d’une autre. Il s’agit de la satisfaction client, du fait de répondre aux besoins des clients.
  • Les partenaires clés : pour son bon fonctionnement, une entreprise a besoin de partenaires. Il s’agit ici de fournisseurs, de partenaires financiers, d’experts, de sous-traitants, etc. Se demander  les motivations  pour les partenariats : l’optimisation (financière ou autre), les économies, la réduction des risques et des incertitudes, l’acquisition de ressources ou d’activités particulières. Les partenaires peuvent aussi parfois des clients. Il faut se poser la question suivante “Si nous n’avons  pas ce partenaire, pouvons-nous  faire tourner cette entreprise ?”, si la réponse est “non” dans ce cas c’est un partenaire-clé.
  • Les activités clés : il s’agit des activités qui sont essentielles ou indispensables au fonctionnement de l’entreprise : la production, la gestion logistique, l’ingénierie, la gestion d’un site web, etc.
  • Les ressources clés : qui sont indispensables pour le fonctionnement des activités (locaux, matériels, machines, fonds financiers, ressources humaines, achats de compétences, logiciels, marque, etc.)
  • Les canaux : c’est mettre en évidence et faire connaître les offres et distribuer les produits ou services, il s’agit des canaux de communication et de distribution, c’est le : comment les clients vont-ils entrer en contact avec l’entreprise ?
  • La relation client : les types de relation qu’il faut établir avec les clients après la vente (SAV : Service après-vente)
  • Les flux de revenus : recensement de l’entrée d’argent générés par les activités tout en précisant les caractéristiques des flux, pour chaque type de clients : les prix, le type de flux (ponctuel ou récurrent), les modalités de paiement (à quel moment et comment?).
  • La structure de coûts : identification des principaux coûts supportés par l’entreprise en mettant en exergue les activités les plus coûteuses