Seuil de rentabilité : Qu’est-ce que c’est ? Comment le calculer ?

Publié le , par La RDE
Catégories :
seuil-de-rentabilite

Le seuil de rentabilité est un élément crucial dans le développement des activités d’une entreprise. Le calcul du seuil de rentabilité permet de définir le montant  du capital ou du chiffre d’affaires à réaliser durant une période donnée. L’idée étant d’atteindre l’équilibre ou le point mort et d’avoir un résultat à zéro, c’est-à-dire une égalité parfaite entre le total des charges et le total des produits. En tant que dirigeant d’une entreprise, vous aurez alors un objectif à atteindre tout au long de la période en soi. Mais pas que puisque grâce au seuil de rentabilité, vous aurez conscience du fait que vous aurez des bénéfices seulement à partir du moment où vous avez réalisé le chiffre d’affaires mentionné dans le calcul du seuil de rentabilité. Pour y voir un peu plus clair, découvrez dans cet article ce qu’il y a à savoir sur le seuil de rentabilité et le point mort.

Qu’est-ce que le seuil de rentabilité ?

Par définition, le seuil de rentabilité est le montant du chiffre d’affaires HT à réaliser au cours d’une période afin d’être rentable et atteindre l’équilibre qu’est le résultat nul. À savoir que le but de cette démarche n’est pas de se limiter au CA établi, mais bien au contraire, de générer beaucoup plus que ce chiffre d’affaires minimum. Pour faire simple, le seuil de rentabilité est un indicateur qui vous informe sur le chiffre d’affaires minimum à produire pour éviter de présenter un bilan déficitaire. Cette donnée importante peut notamment être obtenue en procédant à la décomposition et la qualification des charges imposées à l’entreprise, selon leur nature : charges fixes ou charges variables.

Aussi appelée charge de structure, la charge fixe est une dépense dont le prix est indépendant au niveau de l’activité de l’entreprise. C’est aussi une charge récurrente à régler en fonction de la périodicité fixée à l’avance. Pour sa part, la charge variable ou charge opérationnelle désigne la charge directement apparentée au volume d’activité de l’entreprise.

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité ?

Tel qu’il est relaté un peu plus haut, le seuil de rentabilité met un indicateur chiffré à la disposition de votre entreprise. En ayant X euros de chiffre d’affaires entre les mains, les charges de votre entreprise sont couvertes selon quelques points. À savoir que dans la mesure où le seuil de rentabilité est dépassé, l’entreprise comptabilise un profit. En revanche, s’il se trouve que le seuil de rentabilité n’est pas atteint, l’entreprise fait face à une perte conséquente. Alors que si le seuil de rentabilité est atteint à quelques euros près, l’entreprise réalise un résultat nul ou un résultat zéro.

Gardez à l’esprit que le seuil de rentabilité est un ratio très apprécié dans les exercices comptables, surtout dans le cadre d’une création d’entreprises au titre de l’établissement d’un prévisionnel financier ou simplement dans le cadre d’une reprise d’entreprise. Il est alors question d’appréciation de la rentabilité d’entreprise.

Que peut-on dire sur la structure des charges et point mort essentiel dans le calcul du seuil de rentabilité ?

Aussi bien pour le calcul du seuil de rentabilité que celui du point mort, il convient en premier lieu d’analyser la nature des charges engagées par votre entreprise. On retrouve à ce titre deux principales catégories que sont les CF ou charges fixes et les CV ou charges variables. Le seuil de rentabilité servant de couverture à l’ensemble des charges fait que ces grandes catégories relèvent d’une importance capitale. Rappelons que les charges fixes désignent les dépenses immanentes à la structure de l’entreprise à l’image du loyer, de l’Assurance Responsabilité Civile Professionnelle, le téléphone, le contrat de crédit-bail, les honoraires de l’expert-comptable, la masse salariale, etc. Ce qui n’est pas tellement le cas des charges variables qui diffèrent en fonction du niveau du chiffre d’affaires. Ces dernières concernent plus particulièrement le coût d’achat des produits vendus, le coût de fabrication des biens ou services proposés, les coûts de sous-traitance ainsi que la partie de la masse salariale identifiée.

Comment calculer le seuil de rentabilité ?

Le seuil de rentabilité peut se calculer à partir de plusieurs dispositifs présents au sein de votre entreprise. L’on peut citer le compte de résultat, le tableau des soldes intermédiaires de gestion et la balance comptable réalisée en fin d’exercice. Dans la plupart du temps, l’estimation de cet indicateur requiert une révision des experts-comptables. Ce qui facilite amplement la distinction des charges variables et des charges fixes. Généralement exprimé en chiffre, le seuil de rentabilité se calcule de la manière suivante :

Seuil de rentabilité = charges fixes / taux de marge sur coûts variables

Notez bien que le taux de marge sur coûts variables est symbolisé par le rapport [ (chiffre d’affaires – charges variables) / chiffre d’affaires ]. Le montant du chiffre d’affaires quant à lui correspond aux ventes ou prestations à mener en vue de couvrir au plus possible les charges fixes et les charges variables de votre entreprise. Nous pouvons alors dire que l’entreprise est rentable lorsque le seuil de rentabilité est franchi.

Comment calculer le point mort ?

Voilà pour ce qui est du calcul du seuil de rentabilité, pour le cas du point mort, il faut savoir que c’est une donnée issue du seuil de rentabilité. Sauf qu’ici, il s’agit d’un indicateur qui ne correspond plus à une donnée financière, bien à une durée exprimée en nombre de jours, de mois ou encore d’année. Pour faire simple, il vous faut dépasser le point mort pour prétendre à une rentabilité de l’activité réalisée par votre entreprise. Et pour connaître le point mort de votre entreprise, il vous faut utiliser la formule qui suit :

Point Mort (exprimé en jours) = ( Seuil de Rentabilité / Chiffre d’Affaires annuel) * 365