Top 8 des métiers de la finance les mieux payés

Publié le , par La RDE
Catégories :

La finance figure comme le pôle le plus important dans le monde des affaires et des entreprises. Parmi les professionnels du domaine de la finance, nous pouvons citer l’expert comptable. Ce dernier réalise plusieurs missions dont l’analyse de sa situation financière. Cette analyse permet à un dirigeant de faciliter la gestion de la trésorerie de sa société, d’administrer convenablement le budget de son entreprise et de maîtriser les dépenses indispensables au bon déroulement de la production.

Vous venez de finir des études en comptabilité et vous recherchez un métier bien payé et adapté à votre cursus ? Découvrez les métiers de la finance les mieux payés.

L’importance de la finance

La connaissance de l’utilité de la finance s’implique avant d’intégrer ce domaine. C’est l’un des secteurs qui aident à bénéficier des capitaux suffisants pour réaliser toute opération économique. Au sein d’une société, elle facilite l’exploitation des ressources. Le directeur s’appuie sur ses compétences en finance pour élaborer un plan d’acquisition de nouveaux fonds capables de couvrir toutes les dépenses liées à l’activité.

Une analyse financière consiste à mettre l’équilibre entre la création de valeur et la constitution d’une prévision. Le résultat permet de déterminer si un projet est viable ou non. Le chef d’entreprise se base sur cette étude afin de prendre des décisions essentielles au management.

L’optimisation des charges pour augmenter les bénéfices demande des compétences particulières. Pour un entrepreneur, maîtriser le domaine de la finance et de la comptabilité simplifie grandement cette mission.

Le secteur financier appartient aux éléments fondamentaux du développement d’un projet ou d’une activité existante.

Les différents métiers de la finance les mieux payés

Le directeur administratif et financier ou DAF

Le DAF figure comme l’un des métiers de la finance les mieux payés. Il se charge de la gestion du service administratif et financier. Ce dernier se compose de quelques collaborateurs qui l’aident à remplir sa mission. Il répartit les tâches à chacun d’entre eux et au personnel.

Un DAF dispose de toutes les compétences requises pour :

  • Vérifier la comptabilité de l’organisme. Sans ce procédé, il devient impossible de piloter un projet,
  • S’assurer de la mise en place d’une gestion légale de la trésorerie. Il valide la rentabilité de l’activité,
  • Développer les différents outils qui aident à la prise de décision de l’équipe,
  • Certifier que l’entreprise peut payer les créances et les dettes. Les agences qui n’arrivent pas à régler leurs redevances rencontrent des problèmes au niveau du management de la trésorerie,
  • Prévoir les finances dans les quelques mois ou années à venir,
  • Mettre en place une stratégie de développement et anticiper les investissements utiles,
  • Effectuer une veille réglementaire qui correspond à l’activité,
  • Se mettre en relation avec les services sociaux et fiscaux,
  • Garantir la permanence juridique et sociale.

Selon le contrat signé au moment du recrutement, certaines firmes attribuent aux DAF les négociations et collaborations avec les partenaires. D’autres les demandent d’organiser les réunions en interne et d’accompagner les gérants dans la prise de décision. Les DAF en France sont rémunérés entre 80 et 150 milles euros en une année.

Le consultant en actuariat

Un actuaire se considère comme un technicien d’assurance. Il effectue les études économiques, statistiques et financières avant de finaliser des contrats. Pour se lancer dans un projet, il évalue les risques que l’entreprise encourt.

  • Les actuaires se rendent aux sièges des compagnies d’assurance pour exercer leur métier. Ils peuvent intervenir aux réseaux d’exploitation si c’est nécessaire.
  • Ils maîtrisent les outils informatiques qui les permettent de réaliser correctement les analyses.

Un actuaire organise son travail avec autonomie. Il intervient dans les caisses de retraite, les entreprises de bourses, les assurances, les institutions …  Les grandes enseignes peuvent aussi recourir à ses services.

C’est l’un des emplois les mieux rémunérés. En une année, l’actuaire touche un salaire moyen de 50 milles à 150 milles euros. Il obtient une prime en fonction de son expérience.

L’expert en trading ou trader

Ce métier se définit comme une activité professionnelle associée aux échanges internationaux. Elle favorise la régie des risques financiers. Selon le statut et la taille de l’enseigne (PME, grande marque …), les salaires brut des spécialistes en trading atteignent 100 milles euros par an.

Cette tâche semble stressante et fait encourir à des risques. Le trading impose une réactivité constante. Le placier prend les décisions en temps réel, que cela soit pour les achats ou les ventes des actions. Il achète aux uns pour en vendre aux autres.

Afin d’exercer sa mission, un broker dispose de quelques téléphones, ordinateurs et fax. Ces matériels lui délivrent les informations en temps réel pour qu’il surveille ce qui se passe sur les marchés internationaux.

Comme compétence requise, un trader doit maîtriser le fonctionnement de l’économie et savoir jongler avec toutes les théories mathématiques. L’accès à ce poste exige une connaissance de l’anglais et des notions d’administration.

Une bonne résistance physique et psychologique est un atout pour réussir dans ce domaine. Le souci, c’est que les salles de marché où l’expert œuvre sont en perpétuelle effervescence. Les journées de travail semblent plus longues et l’entrée des bourses dans les marchés internationaux s’alterne.

Le contrôleur financier

Le surveillant financier effectue une partie du travail du DAF. Il réalise l’analyse économique d’une entreprise. Il transmet le résultat à la direction avant la conception d’une stratégie prévue pour la division.

Appelé « inspecteur de gestion », il soutient le directeur des opérations lors de la prise des décisions. Ces contrôleurs sont rémunérés à 90 milles euros par an.

Les missions de ce professionnel varient selon le besoin de l’organisme. Le but de son travail, c’est de s’assurer à ce que les objectifs à atteindre entrent dans le budget à la disposition de l’entité. Par ses observations, lorsque l’entreprise rencontre des difficultés, il donne des conseils à la direction.

Le responsable de la consolidation ou expert-comptable

Le responsable de la consolidation, plus connu comme l’expert-comptable, c’est le professionnel qui dirige la comptabilité. Il évalue et organise les résultats comptables : les charges, les entrées d’argent … des entreprises. À partir de ses analyses, il crée un ensemble pertinent et qui respecte la législation française.

Ses principales missions consistent à :

  • Garantir la collecte de renseignements sur l’entité où il travaille et sur les partenaires d’affaires,
  • Etudier les résultats et gérer l’équipe en fonction de chaque situation. Il détermine la structure de l’encadrement du personnel dans la conformité des normes comptables,
  • Collecter les comptes de chacun des organismes qui travaillent avec l’entreprise. Cette tâche s’effectue en fonction de la taille de l’organisme et de son activité,
  • Identifier les améliorations dont la société nécessite et les économies possibles.

C’est l’un des métiers les plus sollicités par les jeunes. Un expert-comptable qui vient d’obtenir son diplôme reçoit au début un salaire brut de plus 90 milles euros par an.

Le directeur comptable

Ce cadre assure la crédibilité des comptes d’une entreprise ou d’une entité. Il joue plusieurs rôles comme :

  • L’encadrement des équipes qui s’occupent de la comptabilité,
  • La vérification des écritures comptables conformes aux normes,
  • La création des règlements indispensables pour gérer les comptes,
  • La gestion de la relation de la société avec les organismes financiers,
  • La programmation des audits,
  • Le contrôle des règles comptables et juridiques.

Sa rémunération varie en fonction de son diplôme, de son expérience et des critères imposés par l’enseigne. Avec cet emploi, vous recevez un salaire moyen de 70 à 80 milles € en un an.

Le responsable de l’audit

Appelé « auditeur », ce professionnel examine le déroulement des opérations au sein du groupe. Ce procédé sert à trouver les défauts qui risquent de nuire aux résultats. Avec son expérience, il diagnostique la pratique de chaque action qui concerne la comptabilité, la production et le service informatique.

  • Il œuvre en interne ou en externe pour prouver que les comptes sont légaux.
  • Par son audit, il rédige un rapport à rendre aux investisseurs.
  • Le directeur lui demande des conseils pour optimiser la réussite du business.

Selon ses compétences, un inspecteur obtient cette poste dans une banque ou dans des cabinets. Son salaire annuel varie entre 60 et 70 milles euros.

Le chef de projet

Le chef de projet fait partie des métiers de la finance les mieux payés. Sur le marché en France, les jeunes qui obtiennent ce poste sont payés annuellement à plus de 70 milles €. Ils conseillent les gestionnaires sur la réalisation des opérations financières.

Associant son intuition et ses notions dans les affaires, l’administrateur prévoit l’essor ou l’échec du projet. Cela concerne une vente, une entrée en bourse ou une autre action.

Les recruteurs privilégient les candidats qui ont de l’expérience et qui présentent les qualités requises :

  • Un bon esprit d’équipe. À chaque projet, le professionnel œuvre avec une équipe de plusieurs collaborateurs. Il donne les directives et les motivations,
  • Un sens de la communication. Il doit savoir envoyer un bon message aux membres du groupe,
  • Une compréhension. Lorsque le personnel réclame ses droits, il est le seul qui va les calmer et les écouter.

Un jeune qui vient d’obtenir son bac peut envisager d’intégrer le monde de la finance et choisir parmi ces métiers bien rémunérés.

Dans les écoles spécialisées, les études prennent du temps et sur le marché, l’accès à un poste peut être relativement compliqué. Toutefois, ce sont des emplois qui offrent des salaires satisfaisants.