Compte de résultat : utilité et analyse

Publié le , par La RDE
Catégories :
compte de résultat

Le compte de résultat un recueil de documents mis à jour dernièrement le 27 novembre 2019. Les principes comptables de base exigent que ce compte doive être établi par chaque entreprise à la fin d’exercice comptable. Généralement, les comptes de produits et les comptes de charges présents dans ce type de document sont plus détaillés et faciles à comprendre.

Le compte de résultat fait partie des éléments constituant un état financier. Tous les managers et administrateurs d’entreprise, les établissements, partenaires, les gestionnaires…en auront  fortement besoin. Le compte de résultat est élaboré à l’aide d’un tableau dont le narratif sur le compte se trouve dans la partie gauche et les années d’exercice pratiquées ou prévues dans la partie droite. Toutes les informations relatives aux produits (compte 7) et charges (compte 6) y sont rapportées avec plus de détail. Elles sont regroupées dans les grandes rubriques subséquentes :

  • les opérations d’exploitation,
  • les opérations financières,
  • le résultat courant,
  • les opérations exceptionnelles,
  • l’impôt sur les bénéfices
  • le résultat net.

Les informations délivrées par le compte de résultat

  • Les opérations d’exploitation: c’est l’écart entre les produits d’exploitation été les charges d’exploitation qui fait naitre le résultat d’exploitation. En fait, il mesure et exprime la rentabilité de l’entreprise sur ses activités entrant dans le cycle de production habituelle tout sans prenant en compte les impacts des opérations financières et exceptionnelles. L’exception est réservée pour les intérêts sur emprunts ou amandes/pénalités lors des situations conflictuelles (litiges, désaccord…).
  • Les opérations financières: la connaissance du résultat financier est obtenue à partir de la soustraction des produits financiers (entre autres les revenus des titres de participation, placement financier…) par des éléments des charges financières (tels que les intérêts sur emprunts, ou comptes courants des administrateurs…).
  • Le résultat courant: la somme du résultat d’exploitation et celui financier qui donne à l’entreprise son résultat courant. Cela justifie l’exploit et la portée de la politique financière adoptée par les dirigeants d’entreprise.
  • Les opérations exceptionnelles: ce sont des produits et des charges qui n’ont de rapport direct avec les activités normales de l’entreprise. Toutefois, ils auront surement des impacts que ce soient positifs ou négatifs sur le résultat de l’exercice. Si des éléments exceptionnels plus conséquents sont enregistrés, le résultat de l’exercice n’est facilement fiable, il faut l’analyser par rubrique du compte de résultat ouvert. Principalement, ces informations financières sont issues :
  • produits exceptionnels : encaissement provenant du titre de sinistres ou procès, la cession d’actifs, la subvention d’investissement et les exercices antérieurs,
  • charges exceptionnelles : décaissement se rapportant aux litiges, des pénalités, des amendes, des créances clients irrécouvrables…
  • L’impôt sur les bénéfices: seules les entreprises imposables sur leurs bénéfices sont assujetties à ce régime fiscal tandis que dans le cas contraire, les associés qui doivent directement régler l’IR.
  • Le résultat net : c’est le plus important dans la mesure où il exprime le profit financier net que l’entreprise encaisse à la fin d’exercice comptable dont la formule se traduit comme suit : résultat courant + résultat exceptionnel – impôts sur les bénéfices. Ce montant sera rapporté au poste du bilan dans les capitaux propres et passifs.

Exemple de compte de résultat

Le narratif figuré dans le compte de résultat a ventilé les informations (par nature) par rubrique et indiquant clairement les sources des opérations. Les sources des chiffres d’affaire (produits) proviennent ainsi à des prestations à trois niveaux dont la totalité donne la naissance aux produits d’exploitation. Tandis que les charges sont reparties en fournitures consommables et services extérieurs en constituant les charges extérieures composées des taxes, salaires, charges sociales et dotations aux amortissements. Et le résultat d’exploitation est issu de l’écart entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation. Quant, au résultat financier, nous constatons un montant négatif car aucun produit financier n’a été enregistré. La formule générale produit moins charge s’applique toujours à ce niveau d’où l’apparition du signe négatif. On obtient 56 225 comme résultat courant à partir de la formule résultat d’exploitation + résultat financier = résultat courant. Après avoir défalqué l’impôt 11 753 sur le résultat courant donc, nous obtiendrons finalement le résultat de l’exercice ou net de l’entreprise d’une valeur de 44 472. Nous tenons à informer l’année N-1 a été affiché sur le tableau. Ces informations sont privées d’éléments exceptionnels, d’où l’absence des opérations exceptionnelles dans ce compte de résultat.

Est-ce qu’il y a un lien entre le bilan et le compte de résultat

Quand nous présentons un bilan, la valeur du résultat de l’exercice obtenu dans le compte de résultat doit être rapportée au bilan dans les capitaux propres. A cet effet, dès que le résultat de l’exercice change de valeur, les capitaux propres et passifs du bilan sont aussi modifiés à leur tour. Là où se confirme le lien entre ces éléments.

Les outils d’évaluation par ratios et indicateurs liés au compte de résultat

Les soldes intermédiaires de gestion utilisent les informations du compte de résultat pour pouvoir déterminer la marge commerciale (production), la valeur ajoutée, l’EBE…Mais, elles nous permettent également de calculer des ratios et indicateurs cruciaux tels que :

  • le taux de marge commerciale (pour les entreprises de négoces) ou taux de marge de production (entreprise de production),
  • la productivité du personnel,
  • le taux de frais financiers et,
  • le taux de rentabilité des fonds propres.

Conseils pour l’analyse du compte de résultat

Au préalable, l’analyse du compte de  résultat requiert la contribution sérieuse d’un professionnel au sein de l’entreprise. Dans la majorité des cas, il ne faut pas se contenter au résultat affiché, il faut le disséquer pour savoir leurs sources et destinations (bénéficiaires) de chaque information comptable. Il est porté à la connaissance des usagers que le résultat de l’exploitation est plus capital dans ledit compte car il exprime l’efficience de l’exploitation (cadre normal). Et la politique de financement de l’entreprise se répercute également  sur le compte de résultat. Pour le cas de prêts ou découverts bancaires, il y a toujours de frais afférents classifiés comme des charges financières. En outre, l’analyse du secteur dans lequel l’entreprise pratique ses activités dans le cycle de l’exploitation habituelle est plus qu’indispensable. Des statistiques descriptives évoquant les réalités du secteur sont fournies pour servir de guide et d’indicateurs permettant d’apprécier la performance sectorielle  et macroéconomique dans l’ensemble. Lors du montage de son business plan, l’entreprise doit tenir compte de ces informations mesurables afin de mieux évaluer la rentabilité de ses activités. Cela permet également de mieux estimer le niveau de la concurrence sur tout le plan. Finalement, il faut une attention particulière concernant les éléments à caractère exceptionnel plus significatif influant fortement le résultat de l’exercice.

En guise de conclusion, bien comprendre et mieux analyser le compte de résultat composant les éléments d’un état financier que chaque entreprise doit élaborer à la fin d’exercice comptable sont des étapes indispensables et inévitables. Dans le compte de résultat, toutes les informations liées aux produits et aux charges des activités entreprises sont enregistrées avec détails. A travers lesquelles tous les dirigeants d’entreprise en collaboration avec son comptable professionnel cherchent de vérifier la fiabilité des opérations, le montant de chaque action opérationnelle, les flux d’informations (sources et bénéficiaires). Une attention particulière doit être prise quant aux éléments exceptionnels capables de modifier le compte de résultat dans son assemble. Des conseils pratiques sont fournis à la fin à l’endroit des usagers afin de mieux maitriser tous les astuces. Au moment de l’établissement d’un état financier, nous rapportons au poste de bilan la valeur nette fournie par le compte de résultat.