Tout ce qu’il faut savoir sur le fonds d’investissement

Publié le , par La RDE
Catégories :
Tout-fonds-d'investissement

Les fonds d’investissement proviennent des placements communs effectués par plusieurs personnes. Ces placements collectifs permettent à ces dernières de varier leur épargne pour minimiser les prises de risques. Si vous êtes intéressé par un placement dans un fonds d’investissement, voici tout ce que vous devez savoir avant d’investir.

La définition d’un fonds d’investissement

Les fonds d’investissement, appelés aussi fonds de placement, sont des placements communs d’actifs financiers. Leur durée de vie est de 8 à 12 années. On en dénombre actuellement plus de 300 en France. Généralement, c’est une société, publique ou privée, qui collecte les parts des investisseurs, personnes physiques ou morales. La société en question investit ces parts dans des projets pour acquérir un rendement. Sa gestion est confiée à des sociétés de gestion qui sont agréées par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), tout comme le fonds d’investissement.

Son objectif principal étant d’augmenter la performance en partant des investissements réalisés jusqu’à leur attribution aux investisseurs. Mais tous les fonds n’ont pas le même niveau de risque sur le marché. Vous devez savoir alors qu’il existe trois différentes formes possibles :

  • Le fonds à gestion passive : c’est une capitalisation boursière avec un faible risque. Il présente une très grande sécurité dans le placement financier qui réplique ainsi la performance de son indice de référence.
  • Le fonds à gestion active : c’est une capitalisation boursière qui, en règle général est assorti d’un rendement intéressant même s’il est assez risqué. Si l’indice de référence dépasse les 2 %, il est déjà considéré comme géré activement. Le principe du fonds d’investissement actifs ici est d’investir dans des actifs financiers et de revendre des titres, des actions ou encore des contrats.
  • Le fonds spéculatif ou Hedge Funds : c’est une capitalisation boursière à haut risque sur le marché. Il est conçu pour dépasser les deux gestions, passive et active. Elle favorise la plupart des actions qui ne sont pas autorisées dans les deux premiers types.

Concernant la fiscalité (impôt), si vous investissez dans de jeunes entreprises de l’économie réelle, vous bénéficierez de réduction d’impôt sur le revenu.

Le fonctionnement des fonds d’investissement

Les fonds d’investissement sont managés par des professionnels appelés gestionnaires de portefeuille. Ces professionnels sont en quête des projets avec un rendement intéressant qui nécessitent de l’argent. Ils utilisent ainsi l’argent des investisseurs pour obtenir des intérêts pendant une période de 3 ans à 7 ans environ. Cette durée peut aller au-delà de 7 ans. Pour ce type de fonds, ils devront procéder à une analyse des marchés avant d’effectuer les achats et les ventes au nom des investisseurs. Le capital peut être placé dans différents domaines : actions, obligations, immobilier, créances d’entreprises, etc.

Une personne qui investit dans un fonds achète une propriété et des parts d’action, qui seront gérées par des professionnels. Les épargnants sont donc exemptés de toutes les tâches liées aux investissements et aux retours de ces investissements, dans la mesure où la gestion de leur portefeuille est effectuée par une société spécialisée.

Les différentes formes de fonds d’investissement

Les investisseurs peuvent choisir les formes de fonds d’investissement qui leur conviennent.

  • Les SICAV ou Société d’investissement à capital variable. L’investisseur qui possède une action de la SICAV bénéficie des gains proportionnels à ses capitaux présents dans la totalité des capitaux gérés. Si vous y placez des capitaux à moyen ou à long terme, vous optez pour des obligations. Mais vous devez savoir que les obligations comportent également des risques.
  • Les FCP ou Fonds Commun de Placement. Ce système est similaire à celui du SICAV, seulement l’investisseur demeure un copropriétaire des titres, mais ne sont pas seulement un simple actionnaire du fonds.
  • Les FCPE ou Fonds commun de Placement d’Entreprise. Son principe ressemble à celui du FCP. Mais il est alimenté par l’épargne salariale, et les salariés sont les principaux détenteurs.
  • Les ETF ou Exchanged Traded Fund appelé également Fonds Indiciels Cotés : c’est un fonds coté en bourse. Avec cette forme, les épargnants placent directement des fonds dans les actions qui composent l’indice boursier de l’ETF.
  • Les FIA ou Fonds d’Investissement Alternatifs. C’est sûrement la forme la plus souple et la moins réglementée. Les FIA permettent d’investir avec un effet de levier important.
  • Les fonds d’investissement immobilier : ils ont le même titre que les SPCI ou Société Civile de Placement Immobilier et les OPCI ou Organisme de Placement Collectif Immobilier. Ces trois formes investissent dans les services immobiliers, à l’instar de la location ou de la vente.
  • Les FIP ou Fonds d’Investissement de Proximité en outre-mer et en Corse : ils soutiennent l’économie non pas pour la France entière, mais sur des zones bien ciblées. Mais ils génèrent également des emplois dans ces territoires en soutenant l’investissement dans des PME.

À propos des fonds de Private Equity

Il existe également ce que nous appelons fonds de Private Equity. Il s’agit d’un capital-investissement qui fonctionne en parallèle avec des fonds d’investissement. Nous avons vu que ces derniers soutiennent les entreprises cotées en bourse, et les premiers investissent dans des entreprises non cotées, des ETI, des start-up, des PME. Leur objectif est donc d’effectuer des profits à long terme. Le Private Equity est spécialisé dans :

  • le capital-risque qui se focalise sur la création d’entreprises;
  • le capital-développement qui participe dans le développement d’une entreprise pour la création des nouvelles activités ;
  • le capital-retournement qui apporte des aides financières pour le redressement d’une entreprise en difficulté ;
  • le LBO ou Leverage Buy-Out qui s’implique dans la transmission ou le rachat d’une entreprise.

Les fonds de Private Equity sont depuis toujours réservés aux institutions comme les banques, les assurances, les pensions, etc. Mais, récemment, ils sont s’ouvrent progressivement aux particuliers. Et pourtant, le risque de perte de capital est assez élevé c’est pour cela qu’ils ont été destinés auparavant à des investisseurs avertis. Nous en distinguons trois principaux groupes de fonds : les FPCR, les FCPI et les FIP. Tous les trois concernent les entreprises non cotées en bourses.

  • Les FPCR ou Fonds communs de placement à risques se composent d’au moins de 50% de titres d’entreprises. Ils sont utilisés pour être investis dans le développement ou la croissance des sociétés.
  • Les FCPI ou Fonds Communs de placement dans l’innovation se composent d’au moins 70 % de titres de sociétés.
  • Les FPI ou Fonds d’Investissement de Proximité se composent d’au moins 70 % de titres de PME régionales.