Comment améliorer les processus de palettisation ?

Publié le , par La RDE
Catégories :

Dans le domaine de la logistique, la palettisation est un procédé qui consiste à grouper un certain nombre de marchandises sur une palette pour ensuite leur assurer une protection optimale. Cela se fait manuellement ou automatiquement, à l’aide de machines portatives. Elle permet par la suite de fluidifier et de faciliter significativement les opérations de manutention, d’entreposage et d’expédition. À la clé, le flux de marchandises dans l’entrepôt s’accélère, la gestion de stocks se perfectionne, le chargement et le déchargement des colis se font rapidement, la zone de stockage s’optimise et le taux de chargement des véhicules de transport s’améliore. L’optimisation des processus de palettisation constitue alors un défi majeur pour les entreprises. Pour y parvenir, elles sont de plus en plus nombreuses à investir dans une banderoleuse.

Misez sur la banderoleuse pour optimiser votre palettisation

Réalisé manuellement, le filmage de palettes est aussi rébarbatif que chronophage, sans compter les risques de troubles musculo-squelettiques (TMS) auxquels il expose les opérateurs. Pour limiter à leur strict nécessaire les efforts physiques de vos salariés et gagner le plus de temps possible, il apparaît plus opportun de vous équiper d’une banderoleuse, aussi appelée filmeuse.

Il s’agit d’une machine permettant d’automatiser le conditionnement des palettes. À la place de vos salariés, elle s’occupe de la mise en place du film de palettisation pour protéger vos produits, pour stabiliser les palettes et pour réduire leur encombrement. Le filmage se fait plus rapidement, de manière précise et avec plus de régularité. Vous gagnez ainsi en réactivité tout en diminuant les risques de TMS et en vous assurant que vos marchandises soient filmées correctement et parfaitement maintenues. Par la même occasion, vous limitez le coût par palette en réduisant au strict minimum la consommation de films étirables et amplifiez vos rendements de production. Ceci étant, bien qu’un tel dispositif ait un coût non négligeable, il ne s’agit pas d’une dépense, mais d’un investissement au vu des différents avantages qu’il vous confère.

palettisation

Quels sont les différents types de banderoleuse ?

Au moment de l’achat, vous aurez à choisir entre différents types de filmeuses, chacun a ses avantages et ses inconvénients.

La banderoleuse à plateau tournant

On parle en l’occurrence d’une filmeuse constituée d’une colonne et d’un plateau rotatif sur lequel est placée la charge à conditionner. Son mât est relevable jusqu’à 3,1 m, facilitant ainsi le filmage des palettes hautes. À savoir qu’elle se fixe sur un chariot élévateur tout en étant reliée verticalement par des chaînes doubles.

Son atout majeur tient au fait qu’il est moins cher comparé aux autres variantes de filmeuse. À cela s’ajoute sa capacité à palettiser de façon continue, ce qui vous permet d’atteindre des cadences plus conséquentes et de booster votre productivité. Une banderoleuse à plateau tournant est en plus simple d’utilisation. Selon vos besoins, elle peut être semi-automatique ou automatique. Le dispositif peut s’adapter à n’importe quel type de palette et garantir la sécurité de vos produits, même les plus fragiles.

Quelques bémols existent cependant : une filmeuse à plateau tournant ne supporte pas les charges de plus de 2 tonnes. Qui plus est, elle ne prend en charge ni les charges trop légères ni ceux qui sont instables. Particulièrement encombrante, elle requiert plus d’espace de travail.

La filmeuse à bras tournant

C’est une machine qui doit être fixée au sol et qui permet un filmage sans plateau presseur. Avec celle-ci, les charges à filmer restent fixes : son bras rotatif opère autour d’eux pour ainsi éviter de les déstabiliser. Elle a la particularité d’être simple d’utilisation et très robuste. Particulièrement compacte, à la différence de son homologue à plateau tournant, elle demande moins d’espace de travail et garantit un gain de place considérable lorsqu’elle est à l’arrêt.

Une banderoleuse à bras tournant a de surcroît la capacité de filmer toutes sortes de palettes (dont celles qui sont légères et instables), et ce, quel qu’en soit le poids. Sa grande polyvalence lui permet de s’accorder à toutes vos exigences, d’autant plus si elle est automatique. Néanmoins, en dépit de ses avantages, la machine ne peut banderoler que les palettes dont la hauteur est inférieure à 2,75 m.

Le robot à banderoler

Autrement appelé banderoleuse robotisée, le robot à filmage se distingue par sa mobilité et son faible encombrement. Il se déplace autour des palettes tout au long du processus de filmage. Son atout majeur tient au niveau son aptitude à filmer les charges de gabarit hors normes qui ne peuvent être prises en charge par les autres types de filmeuses. Il a également l’avantage de ne pas être limité en poids. Le fait qu’il est déplaçable à votre guise vous permet d’optimiser considérablement vos processus de palettisation. Grâce à lui, fini les problèmes liés à l’encombrement : il vous suffit de le ranger à l’emplacement de votre choix chaque fois que vous n’en avez plus besoin.

Le principal inconvénient du robot à banderoler est son prix qui va au-delà de celui des 2 modèles précédents.

Laquelle de ces machines choisir ?

Pour faire le bon choix, il convient de tenir compte d’un certain nombre de paramètres. On cite en tout premier lieu l’espace disponible dans votre entrepôt. Un modèle à bras tournant aura besoin de moins de place au sol que son homologue à plateau tournant qui, elle, occupera plus d’espace lorsqu’elle est en marche. Vous devez par ailleurs prendre en considération le processus sur lequel repose la préparation de vos commandes. Dans le cas où vous êtes amené à partager la palettisation sur une multitude de postes de conditionnements, une banderoleuse robotisée s’impose.

N’oubliez surtout pas de tenir compte du genre de palettes que vous devez banderoler. Le filmage de palettes de grandes dimensions requiert par exemple l’utilisation d’un robot banderoleuse. Une filmeuse à bras roulant constitue un choix judicieux pour filmer les palettes instables, qu’elles soient lourdes ou légères. Cependant, elle est à éviter si les marchandises à palettiser sont fragiles. La raison est que tout au long du processus de filmage, elle sollicite davantage les produits.

Pour parvenir à banderoler un maximum de palettes en une journée, il apparaît plus opportun d’orienter votre choix vers une filmeuse à plateau tournant si l’espace au sein de votre entrepôt le permet. En plus d’être rapide, elle est habilitée à filmer sans arrêt les palettes, dans la mesure où celles-ci font moins de 2 000 kg et sont stables. Notez que si votre activité vous contraint de nettoyer régulièrement le sol de votre entrepôt, un modèle à bras tournant ou une banderoleuse robotisée vous convient parfaitement.

palette et film

Banderoleuse semi-automatique ou filmeuse automatique ?

Les banderoleuses sur le marché se scindent en 2 catégories : la première regroupe les modèles semi-automatiques (à bras tournant et à plateau rotatif) tandis que la seconde est celle des machines automatiques (à plateau tournant, à bras tournant et robotisées). Comme l’indique son nom, une filmeuse semi-automatique n’est pas en mesure d’automatiser toutes les opérations de filmage. Vos opérateurs doivent eux-mêmes :

  • amener les palettes vers la machine,
  • accrocher le film de palettisation,
  • lancer le programme de filmage,
  • couper le film et retirer les palettes à l’issue du programme.

En revanche, une banderoleuse automatique fonctionne sur le même principe que la version semi-automatique, à cela près que les opérateurs n’ont pas à faire quoi que ce soit durant le filmage. Elle permet de filmer jusqu’à 60 palettes/heure, contre 25 palettes/heures pour la filmeuse semi-automatique.

Les 2 offrent un large panel d’options et peuvent dans ce cas être programmées pour s’adapter à vos exigences. Elles permettent un filmage spécifique à chaque palette. Peu importe la machine que vous choisirez, assurez-vous qu’elle soit équipée d’un chariot à pré-étirage motorisé. Ce chariot permet à vos opérateurs d’utiliser des films techniques de 150 à 400 %. À la clé, vous réduisez significativement votre consommation de films, sans pour autant faire une concession sur la qualité du filmage ainsi que la sécurité des marchandises palettisées.