Les mesures préventives contre les déversements de polluants

Publié le , par La RDE
Catégories :

On parle souvent de réchauffement ou de changement climatique, dû à la pollution. Outre l’émission de gaz à effet de serre, la dégradation de l’environnement est causée par le déversement des eaux usées domestiques ou de polluants industriels. Ces polluants contiennent des produits chimiques dangereux aussi bien pour la santé, que pour l’environnement. Les déversements de polluants peuvent cependant être évités ou réduits, à condition que les industries respectent les réglementations en vigueur et portent une attention particulière à leur stockage.

Les mesures préventives pour éviter les déversements de polluants

Les déversements d’eaux usées

Les eaux usées peuvent être classées en plusieurs groupes : eaux pluviales, eaux domestiques, eaux industrielles et eau de ruissellement.

Les eaux usées domestiques doivent, en général, être évacuées dans un réseau d’égouts. Après la collecte de ces eaux domestiques, elles vont ensuite être acheminées vers une station d’épuration pour qu’elles puissent être réutilisées. Cependant, quand les équipements sont ne sont pas étanches, ces eaux sont déversées dans des lieux publics. Déversée et accumulée dans un lieu public, cette eau va dégager de mauvaises odeurs et contaminer la nappe phréatique. Outre le fait que cette situation ne respecte pas les normes du point de vue de l’hygiène, de l’assainissement et de la santé, un tel déversement est alors très dangereux pour l’environnement.

Afin de limiter les déversements d’eau, il faut utiliser un équipement fait avec une matière étanche et de qualité. Ainsi, il faudra investir dans tapis absorbeurs. Très utile dans le cas où un réseau d’égout ou de canalisation qui déborde, le tapis absorbeur peut aussi être utilisé en cas de déversements d’eau d’extinction d’incendie. Des barrières ou portails étanches sont aussi très utiles pour prévenir une inondation ou simplement un débordement d’eaux usées. L’eau et les rejets aqueux après une inondation provenant d’eaux pluviales par exemple, doivent faire l’objet d’une épuration après sa collecte. La transformation de cette eau se fait dans une station d’épuration.

Toutes fuites ou déversements d’eaux usées ou de polluants doivent faire l’objet d’une déclaration. Dans le cas contraire, une application des sanctions peut être envisagée.

Les fuites de gaz

Pour éviter les fuites de gaz ou réduire les risques de fuite, il est tout d’abord nécessaire de mettre en place des détecteurs d’incendie et de gaz.

Par ailleurs, il faut mettre en place des installations de systèmes d’arrêt en urgence. Afin d’éviter au maximum les incidents comme une explosion, il faut isoler autant que possible les produits inflammables. Les lieux de stockage des gaz doivent donc être éloignés des autres produits.

Déversement ou fuite des matières biologiques et chimiques

On dit des matières qu’elles sont chimiques lorsqu’elles sont à la fois radioactives, toxiques et corrosives. Pour limiter au maximum la fuite ou le déversement accidentel de ces types de substances, l’usage de bacs adaptés est obligatoire.

Le fonctionnement de l’épuration, de la décontamination et du nettoyage en cas d’un déversement ou de fuite de matières biologiques et chimiques doit suivre des règles strictes. Il faut tout d’abord que l’équipe en charge de l’intervention porte des vêtements de protection (lunette, masques, etc.). Elle doit également être équipée d’une matière neutralisante pour les substances déversées.

Il faut aussi prévoir des containers spéciaux qui vont servir à stocker les substances et les matières toxiques. Les containers doivent obligatoirement être fermés et des étiquettes doivent être fixées sur chaque container. Selon les articles du cadre réglementaire y afférent, les substances toxiques vont être détruites (décret n° 2002-540 du 18 avril 2002).

La loi sur les déversements accidentels de polluants

Selon les experts, on peut classer les déversements accidentels de polluants en deux catégories : les déversements qui sont liés à la production et le déversement qui n’est pas lié à la production.

Pour ce qui est du déversement accidentel de polluants lié à la production, les fuites se produisent en général à cause d’un défaut du contenant. En d’autres termes, ce type de fuite peut être évité en prenant les mesures et les précautions adaptées. Ainsi, pour éviter la pollution de notre environnement, il faut maîtriser ce type de déversement de polluant.

Il faut savoir qu’une fois les eaux polluées déversées, les mesures pour décontaminer efficacement la surface polluée peuvent être extrêmement complexes surtout si les produits sont déversés en grande quantité. Pour cela, il faut que le récipient qui contient les polluants soit le plus adapté possible. Par exemple, il faut utiliser des matériels de stockage provenant des entreprises spécialisées dans ce domaine, des récipients de qualité qui sont hermétiques et construits dans des matières répondant aux normes exigées dans le domaine de l’assainissement et de la santé. Pour vous procurez de tels contenants, contactez les entreprises spécialisées qui réalisent des produits d’emballage industriel. Voici quelques exemples de récipients de qualité que l’entreprise ou l’industrie concernée peut utiliser : conteneur à déchets ou des bacs de rétentions.

Pour ce qui concerne le déversement accidentel de polluant qui n’est pas lié à la production, ce sont surtout les intempéries qui sont en causes. Des intempéries comme un vent très fort ou une crue qui a été générée par des eaux pluviales abondantes peuvent être les paramètres qui ont causé un tel déversement. Cependant, l’entreprise concernée peut aussi être tenue responsable malgré le cas de force majeure.

D’après l’article L 4121-1 du Code du travail, qui se veut de préserver l’environnement : une entreprise industrielle doit savoir contrôler les cas de fuite et de déversement. L’objectif étant de préserver la santé et la sécurité de ses salariés ainsi que notre environnement.

Conclusion

Les déversements de polluants sont des phénomènes qui ont des impacts particulièrement négatifs pour l’environnement et la santé. Des mesures de prévention doivent donc être prises pour éradiquer ce type de pollution. Que ce soit une pollution par les eaux, par l’air, en raison d’aléas climatiques, ou d’un défaut de fonctionnement, voire en raison de la vétusté des installations ou d’un réseau de distribution, la loi et le Code du travail son clair, la responsabilité de l’entité en charge des produits peut être engagée. Pourtant, il vaut mieux prévenir que guérir. Il est plus facile d’éviter les rejets, d’effectuer l’assainissement des eaux usées et des égouts, que de faire la collecte des produits déjà déversés sur la surface et dans la nature.